18 plantes dépolluantes selon la NASA

Nous passons 80% de notre temps dans des espaces clos. Or l’air intérieur est 5 à 7 fois plus pollué que l’air extérieur. La qualité de l’air intérieur s’impose donc comme une question capitale pour notre santé. Les plantes dépolluantes peuvent nous aider à limiter l’impact de cet air vicié grâce à leurs propriétés « absorbantes ».

Une étude de 1989 de la Nasa a récemment ressurgi pour nous indiquer, quelles sont, selon l’organisme américain, les 18 plantes d’intérieur les plus dépolluantes.

ATTENTION

LES PLANTES D’INTÉRIEUR PRÉSENTÉES CI-DESSOUS PEUVENT NUIRE À LA SANTÉ DE VOTRE ANIMAL DE COMPAGNIE (chien, chat etc.). PRENEZ SOIN DE VOUS RENSEIGNER SUR LEUR NOCIVITÉ POUR VOTRE ANIMAL AVANT TOUT ACHAT.

Plantes dépolluantes de l'air intérieur
Infographie

LES POLLUANTS CIBLÉS

La Nasa a ciblé particulièrement cinq polluants pour tester l’efficacité de ces plantes dépolluantes d’intérieur, parmi lesquels :

LE TRICHLOROETHYLENE.

Un contaminant émergeant. Problématique pour l’environnement, la faune et l’humain. On le trouve dans les cartouches d’encre, les adhésifs, les peintures, les dissolvants. Il pollue aussi souvent nos nappes phréatiques.

Symptômes associés suite à une exposition courte : excitation, vertiges, mal de dents, nausées. Également des vomissements pouvant conduire – si l’exposition est prolongée – à des somnolences ou des comas.

LE FORMALDEHYDE

Rencontré dans les sachets, papiers, nappes de table et plus généralement dans tous les matériaux synthétiques.

Symptômes associés suite à une exposition courte : irritation nasale, de la bouche, de la gorge pouvant conduire si l’exposition est prolongée à des dommages graves pour le larynx et les poumons.

LE BENZÈNE

Un cancérogène que l’on trouve parfois dans la fumée de tabac, la peinture, les lubrifiants, les pesticides, les détergents et plus généralement des les produits ménagers etc…

Symptômes associés suite à une exposition courte : irritation des yeux, somnolences, augmentation du risque cardiaque, mal de dents, confusion. Si l’exposition est prolongée, il y a un risque de perte de connaissance voire beaucoup plus grave.

L’AMMONIAC

On le trouve dans les nettoyants pour vitres, certains lavants pour le sol, les fertilisants etc…

Symptômes associés : Toux, gorge irritée.

LE XYLÈNE

Comme le BENZÈNE on le trouve dans la fumée de tabac, la peinture, mais aussi dans les vapeurs d’échappements de voiture.

Le xylène a un effet nocif sur la santé et notamment sur le cerveau. Ils varient selon le type et la durée d’exposition (aigüe ou chronique).

Des niveaux d’expositions élevés pour des périodes même courtes peuvent entraîner des maux de tête, un défaut de coordination des muscles, des vertiges, la confusion mentale et des pertes du sens de l’équilibre.

Des expositions à des taux élevés durant de courtes périodes peuvent occasionner une irritation de la peau, des yeux, du nez et de la gorge, des difficultés respiratoires, des problèmes pulmonaires, une augmentation des temps de réaction, une perte de mémoire, des irritations d’estomac et des altérations du fonctionnement du foie et des reins.

Des taux d’exposition très élevés peuvent entraîner la perte de conscience voire la mort.

source wikipedia.

 

LIMITER LA POLLUTION INTÉRIEURE

Pour purifier l’air de votre intérieur nous vous recommandons d’aérer régulièrement votre logement, d’avoir recours à des produits ménagers bio ou des remèdes de grands mères.

Exemple de solutions naturelles qui assainiront l’air de votre maison tout en la nettoyant.

Pour 1 L de liquide vaisselle maison, on mélange :
• 2 cuillères à soupe de bicarbonate de soude
• 4 cuillères à soupe de savon noir ménager
• 3 cuillères à soupe de cristaux de soude (à manipuler avec des gants car peut s’avérer irritant)
• 30 gouttes d’huile essentielle de citron ou de thym*
• 1 litre d’eau bouillante

Pour 1 L de nettoyant multi-surfaces :
• 8 cuillères à soupe de vinaigre blanc
• 2 cuillères à soupe de savon noir
• 1L d’eau bouillante
• 10 gouttes d’huile essentielle* (lavande, thym, arbre à thé, sauge, selon les gôuts)

* L’usage des huiles essentielles doit être fait avec prudence.

Nous avons encore beaucoup à vous dire…





SOURCES

http://www.radins.com/dossiers/entretien-5-recettes-ecologiques-et-economiques-toutemaison,76.html

L’étude de la nasa sur les plantes dépolluantes en espace clos se trouve à l’adresse suivante (contenu en anglais) : http://ntrs.nasa.gov/archive/nasa/casi.ntrs.nasa.gov/19930073077.pdf

 

Cet article a été écrit par Julie - Julie est passionnée par tout ce qui touche de près ou de loin au développement personnel. Ses thèmes de prédilections sont les philosophies orientales, la science cognitive et la nutrition.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *