Les incroyables bienfaits du Gingembre

Appelé “vishwabheshaja” (remède universel) par la médécine Indienne (Ayurveda), le Gingembre est depuis des milliers d’années considéré comme une panacée pour les troubles digestifs, respiratoires et circulatoires. Les bienfaits du Gingembre se retrouvent dans les textes ayurvediques anciens, les livres de cuisines/remèdes du monde entier. La science moderne, elle aussi, s’est intéressée aux vertus du Gingembre, notamment pour établir son efficacité contre les maladies les plus communes. C’est ainsi que les recherches ont confirmé la sagesse millénaire des médecines orientales en démontrant les effets et les bienfaits du Gingembre, dont voici un étalage :

LE GINGEMBRE, UNE AIDE CONTRE LES PROBLÈMES DIGESTIFS

L’indigestion chronique (dyspepsie) est caractérisée par des douleurs et un inconfort récurrent dans la partie haute de l’estomac. Cette pathologie est causée par le délai (trop long) que l’estomac met pour se vider suite à l’ingestion des aliments.

Une étude a démontré que le Gingembre a amélioré de 12 à 16 minutes le vidage de l’estomac chez des personnes qui avaient bu une soupe au préalable.(1)

Dans une autre étude réalisée avec 24 personnes en bonne santé, l’ingestion de Gingembre a accéléré de 50% le vidage de l’estomac.(2)

En effet, le Gingembre réchauffe le système digestif et renforce la sécrétion d’enzymes digestives, ce qui en fait un des meilleurs remèdes pour endiguer les problèmes digestifs.

LE GINGEMBRE POUR SOIGNER LES INFECTIONS

Le Gingerol, la substance active dans le Gingembre frais, peut réduire le risque d’infections. Le gingerol inhibe la croissance de nombreuses bactéries parmi lesquelles l’Helicobacter pylori, le staphylocoque doré, le bacille pyocyanique.(3)(4)

Véritable antibiotique naturel, les effets du Gingembre se font aussi ressentir contre les gingivites, les maladies parodontales et le virus respiratoire syncytial. (5)

LE GINGEMBRE POUR LES MALADIES INFLAMMATOIRES

Malgré sa nature chaude, l’Ayurveda a toujours considéré le Gingembre comme un remède puissant contre l’inflammation. À l’instar du curcuma, le Gingembre agit bénéfiquement contre les maladies dégénératives, les effets de l’âge, mais aussi contre l’arthrose.

Une étude conduite chez 247 patients souffrant d’arthrose a mis en évidence que les patients ayant pris du Gingembre avaient vu leurs douleurs diminuer. De fait, ces patients ont eu par la suite moins recours à des traitements anti-douleurs.(6)

Une seconde étude a prouvé qu’une application locale d’un mélange composé de Gingembre, d’huile de sésame, de cannelle et de mastic réduisait douleurs et raideurs chez les patients souffrant d’arthrose.(7)

LE GINGEMBRE CONTRE LE DIABÈTE

Les recherches sur les effets du Gingembre sur le diabète sont très recentes (2014 et 2015) et nécessitent une certaine prudence (ne pas arrêter votre traitement), mais il semblerait que le Gingembre diminue la glycémie.

En 2014, 3g de poudre de Gingembre ont été administrés pendant plusieurs semaines à des diabétiques de type 2. Selon l’étude, le Gingembre aurait diminué les valeurs glycémique à jeûn, l’hémoglobline glycquée, en plus d’améliorer la résistance à l’insuline.

Une autre étude datant de 2015, démontre que des diabétiques de Type 2 ayant pris de 2g de Gingembre pendant 12 semaines ont vu leur taux de sucre dans le sang diminuer de 12%.(8)

LE GINGEMBRE CONTRE LES DOULEURS MENSTRUELLES

Lorsqu’il est pris au début, le Gingembre semble être très efficace contre les douleurs menstruelles.

Il a été demandé à 150 femmes de prendre 1 gramme de Gingembre pendant les 3 premiers jours de leur cycle menstruel. Celles-ci ont vu leurs douleurs s’amoindrir au cours du traitement. Le Gingembre aurait donc autant d’impact dans cette pathologie que l’ibuprofène.(9)

LE GINGEMBRE POUR LES SPORTIFS

Les vertus anti-inflammatoires du Gingembre ont été confirmées au cours d’une étude réalisée chez les sportifs. Ces derniers ont été invités à pratiquer des exercices exigeants pour les épaules. En consommant 2 grammes de Gingembre par jour pendant 11 jours, les douleurs musculaires associées à ces exercices ont été réduites de façon modérées à fortes. Notez cependant que les effets du Gingembre ne sont pas immédiats.(10) (11) 

LE GINGEMBRE EST RICHE EN MINÉRAUX

Contenant du manganèse, du magnésium, du phosphore, mais aussi du calcium, du potassium et du fer, le Gingembre n’est pas un liquide inerte. Il détient même quelques vitamines, puisqu’on y retrouve les vitamines B, en particulier la vitamine B3 et B6.

Principaux éléments:

VitaminesValeur pour 100 gr de GingembreApports journaliers recommandés
A18 µg2% DES AJR
C0.7 mg1% DES AJR
B10.046 mg4% DES AJR
B20,17 mg0.17% DES AJR
B39.62 mg60% DES AJR
B50.477 mg8 % DES AJR
B60.626 mg45% DES AJR
B934 µg mg17 % DES AJR
MinérauxValeur pour 10 gr de GingembreApports journaliers recommandés
Calcium114 mg10% DES AJR
Phosphore168 mg24% DES AJR
Magnésium214 mg57% DES AJR
Fer0.48 mg48% DES AJR
Zinc3.64 mg36% DES AJR
Cuivre0.12 mg48% DES AJR
Manganèse33.3 mg1665% DES AJR
Sodium27 mg1%
Potassium1320 mg66% DES AJR

(source: http://informationsnutritionnelles.fr/gingembre)

LE GINGEMBRE PEUT AIDER À REDUIRE LE CHOLESTÉROL

Bien qu’il faille évidemment s’attacher à corriger l’alimentation en cas de cholestérol, on peut s’aider de plantes pour renforcer la lutte. Dans une étude de 45 jours, 85 personnes avec un taux de cholestérol élevé ont pris 3 grammes de poudre de Gingembre. Suite à ce protocole, les principaux marqueurs de cholestérol ont connu une baisse significative.(12)

LE GINGEMBRE AMÉLIORE LES FONCTIONS COGNITIVES

On le sait, le stress oxydatif et l’inflammation chronique accélèrent le processus de vieillissement. Ces deux facteurs sont même suspectés d’être les éléments clés dans le développement de maladies telles que l’Alzheimer. Des études chez des animaux, puis sur les humains (femmes d’âge moyen) ont démontré que le Gingembre peut stimuler les fonctions cérébrales, notamment les temps de réaction et la mémoire.(13)

LE GINGEMBRE POURRAIT ÊTRE EFFICACE CONTRE LE CANCER

Ce sujet fait régulièrement la une sous la forme « le gingembre plus efficace que la chimiothérapie« , un gros titre certes, mais qui n’est pas totalement sans justifications.

Tout a commencé en laboratoire sur des cellules. Les chercheurs ont découvert que non seulement le gingembre pouvait tuer les cellules cancéreuses, mais aussi les empêcher de développer une résistance aux traitements anti-cancer.

Par la suite plusieurs autres investigations ont confirmé les vertus anti-cancéreuses du gingembre notamment chez des souris et des rats. Parmi elles, une étude réalisée par la Georgia State University a constaté que l’extrait de gingembre a été en mesure de réduire la taille d’une tumeur de la prostate de 56% chez la souris. (14)

Plus important, encore, le gingembre s’attaquerait aux cellules souches des tumeurs cancéreuses (15). Qu’est ce qu’une cellule souche ?

La comparaison est toute trouvée, c’est un peu comme les racines d’un arbre. Une cellule souche est indispensable pour la survie des autres cellules autour d’elle (branches) et donc de l’arbre dans son ensemble (tumeur). Or, si un traitement s’attache à couper seulement les branches, elles repousseront.

Le gingembre aurait donc un effet sur les racines des cellules cancéreuses, ce qui en ferait un outil de prévention (une cure ?) peu onéreux. Attendons un nombre consistant d’études chez les humains pour en faire un gros titre.

COMMENT CHOISIR LE GINGEMBRE ?

bienfaits du gingembre

Autant que possible choisissez du gingembre frais c’est à dire sous sa forme naturelle. Ce gingembre sera non seulement plus savoureux, mais il contiendra également des niveaux de gingérol plus élevés que le gingembre en poudre.

Veillez également à ce que la peau du gingembre soit lisse, exempte de moisissures et cultivée de manière biologique.

À défaut de pouvoir s’en procurer frais, les tisanes (privilégiez celles riches en Gingembre), poudres de Gingembre feront raisonnablement l’affaire. Le Gingembre peut aussi se confire avec du sucre, mais dans ce cas le sucre annule beaucoup de ses bénéfices.

COMMENT UTILISER LE GINGEMBRE ?

Il est tentant après toutes ces démonstrations de se “goinfrer” pour profiter au maximum des bienfaits du Gingembre, mais tout est dans la mesure. Ce qui est bénéfique peut devenir contre-productif si on en abuse. La clé est d’intégrer le Gingembre régulièrement dans son régime alimentaire.

Sous fome de thé:  il est recommandé de boire une tisane au gingembre en dehors des phases digestives, pourquoi pas le matin à jeûn (sauf en cas d’ulcère gastrique ou duodénal).

Lors du repas: Après avoir enlevé la peau du gingembre mature, il peut être tranché, haché. Le goût que le gingembre donne à un plat dépend du moment à partir duquel il est ajouté. Ajouté au début, il donnera une saveur subtile, ajouté en fin de cuisson, il aura un goût plus piquant.

À noter que deux études (16) (17) ont révélé que le Gingembre associé à la curcumine (curcuma) serait plus efficace car il bénéficierait ainsi d’une meilleure absorption par le corps. Encore faut-il que le curcuma soit de bonne qualité*.

CONTRES-INDICATIONS

En cas de carence en fer, il est conseillé de limiter sa consommation de thé, peu importe lequel. Le gingembre serait également contre-indiqué dans les cas de reflux acide. Si vous souffrez d’une maladie quelle qu’elle soit, consultez votre médecin avant toute utilisation de Gingembre.

Wrong form ID

 

Étude de Références

  1. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3016669/
  2. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18403946
  3. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3609356/
  4. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3418209/
  5. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23123794
  6. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11710709
  7. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22308653
  8. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4277626/
  9. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19216660
  10. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20418184
  11. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21031618
  12. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18813412
  13. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3253463/
  14. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21849094
  15. http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0137614#sec002
  16. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21372035
  17. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19660044

 

* La plupart des formulations de curcuma trouvées dans le commerce semblent être peu efficaces, pour en savoir plus nous vous conseillons l’excellent article de Julien Venesson sur le sujet.

Cet article a été écrit par Julie - Julie est passionnée par tout ce qui touche de près ou de loin au développement personnel. Ses thèmes de prédilections sont les philosophies orientales, la science cognitive et la nutrition.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *