Courir pour maigrir, 6 erreurs à éviter

Est-ce que courir fait maigrir ? Hum. Çela dépend.

Pourtant, beaucoup de personnes en quête de minceur se lancent tête baissée dans le footing en espérant maigrir.

Hélas, le résultat n’est pas toujours au rendez-vous.

Pour maigrir grâce à la course à pied, il y a quelques règles à respecter. En effet, vous n’obtiendrez pas ou peu de résultats en suivant le programme de course classique. Courir est un art et maigrir en est un autre. Pour concilier les deux, il faut éviter les erreurs suivantes :

1. Pratiquer toujours la même course

Une étude publiée dans le journal dans le journal de l’association médicale américaine a démontré que le corps humain a certaines pré-dispositions pour l’endurance.
Les chercheurs ont suivi les habitudes de plus de 34 000 femmes et ont observé qu’une marche rapide d’une heure (5km/h) n’entrainait aucune perte de poids.

Si vous voulez courir pour maigrir, les méthodes classiques risquent de vous décevoir. il faut en effet courir beaucoup et votre corps risque en plus de s’habituer.

Pourquoi ? Parce que le corps humain possède une endurance de base et des habitudes. Si l’on veut perdre du poids en courant, il faut « choquer » le corps et l’emmener là où il n’a pas l’habitude d’aller.

Dans une étude récente, il a été révélé que les personnes qui perdaient du poids brûlaient en moyenne 2800 calories via le sport chaque semaine. En terme de footing cela représente 45 Kilomètres. D’où l’importance de changer de stratégie.

2. Ne pas changer de rythme

Au lieu de faire des footings réguliers de 30 minutes ou d’une heure 2 à 3 fois par semaine, il est préférable de miser sur des exercices à intervalles qui vous mettront en difficulté, vous et votre corps.

L’université d’Ontario au Canada s’est penchée sur cette question de l’intensité de l’exercice comparée à sa durée. Les résultant sont édifiants.
Les participants de l’étude ont été répartis dans deux groupes distincts. Le premier groupe s’échinait à courir 30 minutes à une heure. Le second procédait à 4, 5 ou 6 séries de sprints de 30 secondes.

Devinez quoi ? Malgré le peu de temps passé, les personnes du groupe de sprints ont brûlé 2 fois plus de calories.

L’explication est plutôt simple. À l’instar de la musculation, les programmes de course à pied en intervalles font appel à des processus spécifiques du corps humain qui l’obligent par la suite à se recharger en ATP.

Votre corps est donc dans une sorte d’urgence pendant laquelle il consomme beaucoup plus de calories et brûle davantage de graisse.

Ce n’est plus courir pour maigrir, mais courir et sprinter qu’il convient de faire.

Voici la démarche à suivre.

Programme pour courir

Envie d’associer ce programme de course avec un planning minceur ? Recevez gratuitement chaque jour un menu minceur…c’est par ici

3. Boire des calories en courant

Les personnes adeptes des longs footings font parfois usage de boissons énergétiques. Ce choix est judicieux uniquement lorsque le temps de course dépasse les 90 minutes et que l’on ne souhaite pas maigrir, mais pas dans le cadre d’une perte de poids.

L’hydration idéale pendant la course est l’eau, voire après votre footing des boissons type Badoit pour reconstituer ses réserves minérales (surtout par temps chaud).

En dehors des périodes d’activités sportives, il existe de nombreux jus pour maigrir, dont le fameux jus de betterave, reconnu par la science pour améliorer les performances sportives.

4. Consommer trop de calories

On peut courir régulièrement et néanmoins être en excès calorique. La faim après un footing peut être plus forte qu’elle ne l’était avant.

Pour contrer cette tendance naturelle, la stratégie qui consiste à répartir ses repas au cours de la journée est très efficace.

Manger 4 à 5 fois par jours en diminuant les quantités est un premier pas. Privilégier les fruits, les légumes et éviter la « junk food » en est un second. C’est pourquoi il est préférable de programmer ses repas à l’avance, notamment ceux prévus après l’effort.

Il est vrai que parfois, porté par la fierté d’être allé courir, on tient à se récompenser de cette victoire sur nous même, dans ce cas, un bon bain, une nouvelle tenue de running font aussi l’affaire.

5. Tenter à toux prix de transpirer

Lorsque l’on transpire on perd de l’eau, voire quelques sels minéraux. La pratique consistant à se restreindre en eau est ainsi non seulement inutile, mais aussi dangereuse.

6. Ne faire que courir

Les études le confirment, les exercices à intervalles sont plus efficaces pour brûler des calories. Nos ancêtres chasseurs-cueilleurs peuvent donc être une source d’inspiration pour dénicher des astuces pour maigrir.

Le chasseur-cueilleur travaillait naturellement sur plusieurs plans :

– L’endurance pour les tâches longues.
– L’explosivité pour capturer ou fuir.
– La force pour se saisir ou transporter.
– L’agilité pour se déplacer.
– La résistance pour survivre aux conditions extérieures.

Notre ancêtre avait donc une activité physique très variée et dépensait énormément de calories. Contrairement à nous, il ne se focalisait pas sur un domaine précis comme l’endurance ou la force pure.

Les recherches ont démontré que les chasseurs-cueilleurs avaient des capacités aérobiques 50 % supérieures aux nôtres et une force supérieure de 20%.

Outre la simple perte calorique engendrée par ce mode de vie fait de force, d’endurance et de hautes intensités, c’est tout un ensemble de bénéfices pour le corps qui en découle. Amélioration de la densité osseuse, de la masse musculaire, réduction de la masse grasse, meilleure résistance à l’insuline, augmentation du métabolisme etc.

Alors comment courir à la manière paléolithique ?

Inutile de grimper aux arbres tous les 10 mètres. Simplement dans votre parcours, prévoyez des intervalles comme des squats, des pompes, des sprints (départ arrêté), des sauts, des pauses. Si votre itinéraire est naturellement tortueux, pentu ou passe à coté d’appareils de musculation en plein air, l’exercice vous sera facilité.

Cet article a été écrit par Julie - Julie est passionnée par tout ce qui touche de près ou de loin au développement personnel. Ses thèmes de prédilections sont les philosophies orientales, la science cognitive et la nutrition.

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *